Isoler les combles pour pas cher

Les combles peuvent être isolés avec les mêmes matériaux que toutes autres pièces d’une maison. On retrouvera donc des matériaux synthétiques, minéraux ou naturels. Chacun ayant des propriétés et des caractéristiques bien spécifiques.

Nous verrons dans ce guide quels sont leurs différents points positifs et négatifs afin de se faire un avis sur chaque produit.

Les matériaux synthétiques

isolation-comble-rapide
Isolation combles rapide et pas cher

Le polystyrène expansé

Fabriqué à partir de pétrole, le polystyrène expansé est un assemblage de plusieurs petites billes de styrène (d’où le nom polystyrène) qui emprisonne l’air avec lui. Comme l’air immobile est un très bon isolant, ce matériau tire ses propriétés isolantes de son mode de fabrication.

Économique, facile à travailler et bon isolant, il est assez répandu. Mais sa faible durée de vie, sa fragilité et les vapeurs toxiques qu’il dégage lorsqu’il brule sont autant de points négatifs à ne pas négliger lors du choix de cet isolant.

Le polystyrène extrudé

Également dérivé du pétrole, le polystyrène extrudé a de très bonnes capacités isolantes, meilleures que le polystyrène expansé. Il est vendu sous forme de plaques, généralement de couleur bleue et est plutôt bon marché. C’est un matériau léger, facile à manipuler et à installer. Il résiste de plus mieux à la pression et à l’humidité que le polystyrène expansé. Cependant, son mode de fabrication est polluant, il dégage des vapeurs toxiques lors de sa combustion et c’est un piètre isolant acoustique.

Le polyuréthane

Conditionné sous forme de panneaux ou de mousse, il est constitué de petites cellules sous forme d’alvéoles qui contiennent un gaz plus isolant que l’air. Il a de bonnes propriétés isolantes et acoustiques, résiste mieux à l’humidité que le polystyrène et est plus souple à travailler. Il peut cependant être irritant chez certaines personnes et a une longévité faible. Les vapeurs dégagées par sa combustion sont aussi toxiques…

Les matériaux minéraux.

Des panneaux de laine de verre.

Très connu et répandu, la laine de verre est fabriquée, comme son nom l’indique, à partir de verre. On fond tout d’abord cette matière première, puis une étape de centrifugation et de soufflage est nécessaire pour obtenir cette laine si particulière… Comme vous le savez, la laine de verre est vendue sous forme de rouleaux ou de plaques. Son succès est en grande partie du à son faible coût et à ses bonne performances en matière d’isolation. Mais sa pose peut provoquer des irritations de la peau et des voies respiratoires du fait des particules de verre qui s’échappent des rouleaux ou panneaux lors de la pose. Enfin, la laine a tendance à se tasser et est très sensible à l’humidité, ce qui peut lui faire perdre une bonne partie de ses capacités isolantes…
La laine de roche.

Obtenue après un procédé semblable à la laine de verre, la laine de roche est fabriquée à partir de roches basaltiques. Conditionnée sous forme de rouleaux ou de panneaux, on l’utilise pour de nombreux types d’isolation (combles, murs, planchers…). Elle a les mêmes avantages et inconvénients que la laine de roche, à ceci près que c’est un meilleur isolant phonique et qu’elle résiste mieux aux incendies.

La perlite.

Également issue de roche volcanique, la perlite est fabriquée après avoir été chauffée à plus de 1000°C. En chauffant, les grains de roches libèrent l’eau qu’ils contiennent qui est remplacé par l’air. Il en résulte un isolant correct, dont le principal atout est d’être léger et transformable à souhait. On peut par exemple l’ajouter à du béton pour en faire une chape isolante. En grain, on peut l’utiliser en vrac pour l’isolation de combles perdus. Du fait de sa composition, la perlite ne craint pas le feu et ne dégage pas de substances toxiques. Son prix en revanche est assez élevé.

Les matériaux naturels.

Une précision avant d’aborder ce point. Lorsque l’on parle d’isolant naturel, il serait plus juste de d’ajouter la mention « d’origine naturelle », car aucun matériau isolant naturel n’est utilisé sans transformation, en l’état brut après prélèvement dans la nature. Ils sont toujours retravaillés et retraités pour résister au feu ou aux champignons. Néanmoins, cela n’enlève rien à leur origine naturelle.

La ouate de cellulose

Exemple de ouate de cellulose. Conditionnement en vrac.

Cet isolant est obtenu en recyclant du papier (journaux, déchets divers…). Conditionné en panneaux ou en vrac, la ouate est traitée avec des produits non toxiques contre les incendies et les divers champignons ou bactéries qui pourraient s’y développer.

Très bon isolant thermique et phonique, elle peut servir à isoler des combles perdus par soufflage, ou des murs par la pose de panneaux.

Le soufflage de la ouate de cellulose permet aux copeaux de papiers de se loger dans les moindres recoins d’une pièce. C’est donc un atout non négligeable puisque l’isolation ne pourra qu’être meilleure.

Le liège

Issu de l’écorce d’un arbre, le chêne-liège, ce matériau subit très peu de transformations. Vendu en vrac, en panneau ou en rouleau, sa récolte et son conditionnement ne nécessite pas beaucoup d’énergie et son impact environnemental est donc faible. Ses propriétés isolantes thermiques et acoustiques sont très bonnes. En plus, le liège est très résistant ; il ne craint pas l’eau, les rongeurs, la moisissure et le tassement. Enfin, c’est un matériau qui ne dégage pas de vapeurs toxiques lors de sa combustion. On l’utilise pour l’isolation des combles (en copeaux) ou des murs, planchers et toitures (en panneaux).

La laine de moutons

Provenant de la tonte des moutons, cet isolant est très écologique. Il ne subit que peu de traitement et est entièrement biodégradable, recyclable ou réutilisable. On le protège généralement contre le feu, les insectes ou autres champignons avec du sel de bore. Proposée dans le commerce sous forme de feutre, de rouleaux et en vrac, elle est plutôt utilisée pour l’isolation des zones qui ne sont pas sujettes à l’humidité. En effet la laine de mouton absorbe l’eau et perd donc de son pouvoir isolant à son contact. On l’utilisera plutôt dans les combles et la toiture, par soufflage ou pose des panneaux. Enfin, comme les différents types de laine, elle est sujette au tassement. Ce qui ne l’empêche pas d’être un bon isolant thermique et phonique.

Le chanvre

Produit et utilisé en Europe depuis des siècles, oublié pendant des décennies, le chanvre commence à réapparaitre dans le textile ou le bâtiment. Utilisé comme isolant thermique, le chanvre donne de bons résultats. Naturellement antifongique et antibactériens, le chanvre ne craint pas non les moisissures. Il est cependant de le traiter contre le feu à l’aide d’un produit ignifuge. Il est donc presque dépourvu d’additifs. Disponible en vrac, en panneau ou encore rouleaux, le chanvre peut isoler toitures, murs, planchers ou combles. C’est un matériau très flexible et assez simple à travailler. Le chanvre offre une bonne isolation thermique. Pour l’isolation phonique, on ajoutera d’autres matériaux plus denses.